Jeudi 21 Novembre 2019 -

Infos Flash

  • Pour vos reportages contacter le +225 08708435

Actualité Politique

Pour des élections apaisées /La société civile réclame la tête de la CEI

lereperedabidjan

Elle est encore montée au créneau. La société civile ivoirienne a donné de la voix après la publication par le gouvernement du projet de loi relative à la recomposition de la commission centrale ainsi que celle des commissions locales de la Commission électorale indépendante le mercredi 03 juillet 2019.

 Le Lundi 08 août 2019 à son siège à Abidjan Cocody, la Plateforme de la société civile pour l’observation des élections en Côte  d’Ivoire(Poeci) s’est prononcée sur la recomposition de la CEI.

La Poeci a rappelé, à l’occasion, aux différents acteurs l’une de ses propositions majeures « La poeci rappelle aux différents acteurs l’une de ses propositions qui est de voir une personnalité issue de la société civile comme président de la CEI », a revendiqué  Adjoumani Kouamé Pierre, secrétaire général de Poeci. Pour le SG, si la Poeci note des avancées dans la nouvelle configuration de la CEI notamment l’augmentation du nombre de représentants issus de la société civile, le retrait du représentant de l’Assemblée nationale ; du représentant du ministère de l’Economie et des finances ; des confessions religieuses et l’inéligibilité du représentant du président de la République ainsi que celui du ministre de l’intérieur au poste de président de la CEI. Elle déplore de nouvelles dispositions  dans le projet de loi.

 En effet,  la Poeci dénonce la désignation d’un représentant du Conseil national des droits de l’homme  au sein de la CEI pour le compte de la société civile. Selon Adjoumani Kouamé Pierre, ce conseil est une Autorité administrative indépendante aux termes de la loi n° 2018-900 du 30 novembre 2018 et à cet titre ne peut  figurer au nombre des organisations de la société civile.

Par ailleurs, la Poeci déplore l’absence des partis et groupements politiques tels que le Pdci et L’EDS tout au long du dialogue politique. Toutefois, la plateforme salue l’esprit qui a guidé les travaux et encourage le gouvernement à poursuivre les discussions sur les conditions générales des élections de 2020 en vue d’aboutir à des élections crédibles, transparentes, ouvertes et apaisées.

Adonis N’G

lereperedabidjan
`