Vendredi 19 Juillet 2019 -

Infos Flash

  • Pour vos reportages contacter le +225 08708435

Actualité Politique

Elections régionales et municipales 2018/ Déclaration de la POECI

La Plateforme des organisations de la Société Civile pour l’Observation des Elections en Côte d’Ivoire (POECI) est une organisation non-partisane qui compte 10 coalitions, réseaux et syndicat, mise en place à l’effet de promouvoir la participation citoyenne, la transparence électorale et une démocratie plus forte en Côte d’Ivoire par l’observation des processus électoraux.

Depuis aout 2018, la POECI a entamé des activités d’observation, de formation et de sensibilisation afin de mener à bien sa troisième expérience de l’observation par la méthodologie PVT (Comptage rapide des votes) après celles des élections présidentielles d’octobre 2015 et du scrutin législatif de 2016.

Observation par la méthodologie PVT (Comptage rapide des votes)

La POECI a observé les élections régionales et municipales du 13 octobre 2018 par la méthodologie PVT (Comptage rapide des votes) à travers le déploiement de 762 observateurs et observatrices fixes et 120 observateurs et observatrices mobiles qui ont reçu l’Arrêté N° 037/CEI/PDT du 27 septembre 2018 de la Commission électorale indépendante (CEI) pour suivre tout le déroulement du scrutin : du démarrage du vote, en passant par le déroulement du vote, le dépouillement des bulletins jusqu’à l’annonce des résultats dans les bureaux de vote.

Parmi ces observateurs et observatrices, il y a 67% de jeunes et 52 % de femmes. Ce qui constitue un réel motif de satisfaction pour la POECI qui fait de la participation des femmes et des jeunes, une priorité.

Au terme de son observation des deux scrutins, la POECI fait les conclusions préliminaires suivantes :

I) Conclusions préliminaires
Les conclusions préliminaires de la POECI découlent de l’observation et de l’analyse des items ci-dessous à travers les grilles d’observation et d’incidents. Elles prennent également en compte 100% de l’ensemble des 759 bureaux de vote (BV) observés. Sur l’échantillon initial de 762 bureaux, 3 BV n’ont pas ouvert dans le district d’Abidjan notamment à Port-Bouet.

1) Installation des bureaux de vote et démarrage du vote
- La POECI a constaté des cas d’ouverture en retard des BV à cause des fortes pluies et pour défaut de matériel électoral tel que les kits d’identification biométrique, les isoloirs et même dans certains cas les urnes. Des dispositions ont été prises par la CEI. Toutefois, 3 BV n’avaient pas ouvert avant 12h00 en raison de l’absence des agents électoraux.
- Au moins 3 agents de la CEI étaient présents dans 96% des BV et dans 3 bureaux de vote observés, les agents électoraux ne se sont pas présentés et donc les bureaux n’ont pas ouvert. Dans 6% des BV, 3 des membres de la CEI étaient des femmes ; dans 22% des BV, deux des membres de la CEI étaient des femmes ; dans 36% des BV, il n’y avait qu’une seule femme et dans 35% des BV, il n’y avait aucune femme comme membre de la CEI.
- Dans 79 BV observés abritant les deux scrutins, une seule urne était disponible à l’ouverture. 2 bureaux de vote observés ont continué à voter toute la journée avec une seule urne.
- Dans 89% des BV, un libellé spécifique indiquait le type d’élection sur l’urne.
- 97% des BV disposaient d’urnes qui ont été montrées vides et ont été scellées dans 97% des BV.
- 95% des BV disposaient de l’encre indélébile et seulement 78% des BV disposaient d’un kit d’authentification biométrique. Cependant, dans 27% des BV, le kit a cessé de fonctionner à un moment de la journée.
- L’isoloir était placé de nature à assurer le secret du vote dans 95% des BV. Cependant, 2% des BV ne disposaient pas d’isoloir à l’ouverture.
- Il y avait des agents de sécurité présents dans 93% des centres de vote.

2) Déroulement du vote
Des tensions étaient perceptibles aussi bien au sein des BV qu’en dehors dans certaines localités, notamment les communes du Plateau, d’Abobo, de Port-Bouet et dans les villes de Lakota, Bonoua, Divo. Cependant, dans l’ensemble, le vote s’est bien déroulé sur toute l’étendue du territoire au regard des données recueillies par les observateurs et observatrices et traitées par la Plateforme technologique de la POECI.

En effet, les agents électoraux ont demandé la carte d’électeur ou la carte nationale d’identité dans 99% des bureaux de vote, vérifié les noms des électeurs sur la liste d’émargement dans 99% des bureaux de vote et ont vérifié les doigts de chaque électeur dans 96% des bureaux. Chaque électeur a signé la liste d’émargement dans 99% des bureaux de vote. Après avoir voté, l’index de l’électeur été marqué à l’encre indélébile dans 98% des BV. Dans 1% des BV, l’encre indélébile était indisponible.

Dans 25% des bureaux de vote des personnes ont été autorisées à voter sans être identifiées par le kit d’authentification biométrique et dans 19% des BV, il n’y avait pas de kit d’authentification biométrique. Le kit informatique a cessé de fonctionner à un moment de la journée dans 27% des bureaux de vote.
Des électeurs(trices) ont été autorisés à voter dans 4% de BV alors qu’ils ne disposaient pas de carte d’électeur, ni de carte nationale d’identité.

Dans les BV qui abritaient les deux élections, les électeurs(trices) ont exprimé leur choix pour les régionales et les municipales l’une après l’autre dans 40% des BV et les deux en même temps dans 1 % des BV.

6 % des bureaux de vote ont connu des incidents d’intimidation, de harcèlement ou de violence ; et 1 % des bureaux de vote où ces incidents ont été à l’encontre des femmes.

94 % des bureaux de vote ont vu la présence de représentants du RHDP, 75 % pour le PDCI-RDA, 37 % pour l’opposition et 87 % pour les candidats indépendants.
28 % des bureaux de vote ont fermé à 18h00, 69% des bureaux de vote entre 18h00 et 18h30, et 3% après 18h30.

3) Dépouillement et annonce des résultats
Dans 94 % des bureaux de vote le dépouillement a eu lieu immédiatement après le vote.
Dans les 316 BV observés et qui abritaient les deux scrutins, le dépouillement a eu lieu de manière simultanée dans 7 BV.
94 % des bureaux de vote ont vu la présence de représentants du RHDP, 74 % de représentants du PDCI-RDA, 37 % de l’opposition et 88 % des représentants de candidats indépendants lors du dépouillement.
Au moins un scrutateur a été désigné dans 93% des BV ; seulement 20% de la totalité des scrutateurs sont des femmes dans les bureaux observés.
Dans 99 % des BV, le choix exprimé sur chaque bulletin de vote a été lu à haute voix.
Dans 3% des BV observés, des incidents d’intimidation, de harcèlement ou de violence ont été signalés.

Dans 1% des BV, la feuille de pointage n’a pas été utilisée pendant le dépouillement et dans 7% des BV, il n’y avait pas de feuilles de pointage lors du dépouillement.
Dans 98% des BV observés, les agents électoraux ont annoncé les résultats à haute et intelligible voix.

Sur l’ensemble des BV observés, les résultats officiels ont été contestés dans 3 % des BV par des représentants de candidats ; 2 % par les représentants du RHDP, 2 % par les représentants du PDCI-RDA, 2 % pour les représentants de l’opposition et 2 % par les représentants de candidats indépendants.

Dans 99% des bureaux de vote les agents électoraux ont rempli le procès-verbal de dépouillement. La POECI tient cependant à souligner que ses observateurs et observatrices ont constaté sur le terrain que des erreurs ont été faites par les agents électoraux dans le remplissage des procès-verbaux notamment sur le calcul des bulletins blancs, bulletins nuls et suffrages exprimés.

Dans 4 % des bureaux des représentants(tes) de candidats ont refusé de signer le procès-verbal de dépouillement.

Dans 95% des BV, chaque représentant de candidat a reçu un exemplaire du procès-verbal et 14 % des bureaux de vote le procès-verbal n’a pas été affiché au lieu de vote.

4) Incidents critiques
Au niveau de son Quartier général, la POECI a établi une salle de collecte et de gestion pour le traitement rapide des incidents critiques envoyés par les 762 observateurs et observatrices fixes et 120 observateurs mobiles en temps réel au cours de la journée du vote.

Depuis la période pré-électorale jusqu’au jour du scrutin, la POECI a observé un environnement empreint de tensions avec malheureusement des pertes en vies humaines. Deux personnes ont été tuées à Bédiala et à Lakota. La commune du Plateau suscite beaucoup d’inquiétudes au regard des manifestations de sympathisants des candidats. De nombreuses rumeurs d’affrontements entre sympathisants, d’attaques sur des personnes et des biens, d’intimidations circulent au sein des populations et sur les réseaux sociaux.

La POECI a pu confirmer 291 incidents critiques dont 14 cas d’interdiction aux observateurs et observatrices POECI de rester dans les bureaux de vote tout au long de la journée, 87 incidents faisant état de manque de matériel électoral, principalement isoloir, kit d’authentification biométrique et encre indélébile. 79 incidents faisaient état de suspension des opérations de vote pendant plus de 30 mn.

Conclusion
Au terme de son observation des scrutins des élections régionales et municipales ce 13 octobre 2018, la POECI constate que l’élection s’est globalement bien déroulée sur toute l’étendue du territoire, malgré des tensions perceptibles en période pré-électorale, le jour du scrutin et au début de la période post-électorale.

La POECI félicite ses observateurs et observatrices, ses coordonnateurs et coordonnatrices et ses superviseurs et superviseures pour la qualité du travail réalisé sur le terrain,
Elle invite le gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour la sécurité des biens et des personnes.

La POECI invite les partis et groupements politiques, ainsi que les candidats indépendants à oeuvrer pour calmer les tensions observées et éviter tout discours incitant à la violence.
Elle exhorte la Commission électorale indépendante à respecter le délai imparti pour la proclamation des résultats provisoires des élections régionales et municipales chose qui pourrait apaiser la situation sociopolitique déjà préoccupante.
Elle recommande à la CEI la publication des résultats BV par BV dans un format exploitable.

Elle l’exhorte aussi à renforcer lors de la formation des agents électoraux, le module sur le calcul des bulletins blancs et/ou nuls, les suffrages exprimés et le remplissage des procès-verbaux de dépouillement.

La POECI demande aux candidats et candidates d’attendre la proclamation des résultats dans le calme et leur recommande d’adresser toute contestation à l’autorité légalement désignée par le Code électoral.

La POECI regrette que la participation des femmes au processus électoral reste encore faible. En effet, selon les chiffres publiés par la CEI, sur 22 391 candidatures retenues pour les municipales seules 18% sont des femmes. De même sur 88 têtes de listes pour les élections régionales, seules 7 sont conduites par des femmes. La POECI est déterminée à poursuivre ses actions de sensibilisation et son plaidoyer pour une participation plus importante des femmes dans les processus électoraux en Côte d’Ivoire.

La POECI, organisation citoyenne, se prononcera, de manière indépendante, sur le taux de participation au niveau national pour les élections municipales.

La POECI continuera de suivre l’environnement post-électoral des élections régionales et municipales.

 

`