Dimanche 16 Juin 2024 -

Infos Flash

  • Pour vos reportages contacter le +225 08708435

Actualité Culture

Côte d’Ivoire / Double Coupe BIAMA : une première édition qui a tenu toutes ses promesses

lereperedabidjan

On connait tous le Zouglou et le Coupé Décalé qui sont des danses et musiques qui ont été portées au panthéon de la culture ivoirienne mais beaucoup moins le BIAMA qui est une danse qui vient de faire son apparition dans les faubourgs de Yopougon, la plus grande commune du pays aussi appelée la Citée de la joie.

Créé d’un mélange de coupé décalé et de rock’n’roll avec un apport de certaines danses traditionnelles ivoiriennes, le BIAMA qui compte déjà beaucoup d’adhérents,  entend s’imposer comme  le nouveau mode d’expression corporelle intentionnellement rythmique et culturellement façonné.

La première édition du concours dotée de deux coupes, une dans la compétition individuelle et l’autre dans la compétition par équipe, dénommée Double Coupe BIAMA qui  s’est déroulée le samedi 25 mai au grand terrain de Sogefiha à Yopougon a permis de jauger l’ampleur de ce phénomène culturel.

Le concours en lui-même a pu voir le jour, grâce à la volonté d’un homme, le Directeur Général de l’entreprise minière X&M Suppliers, Stanislas de Stabenrath, un mécène qui croit à la richesse de la culture ivoirienne et surtout à l’émergence du BIAMA sur l’échiquier culturel ivoirien.

« J’organise cet événement en co-sponsoring avec Geodrill, une entreprise de forage dans le domaine minier qui a été créée par Dave Harper et avec qui nous finançons pas mal de projets sociaux en Côte d’Ivoire. Le BIAMA est tout simplement venu à moi. » A-t-il indiqué puis d’ajouter ; « J’ai eu un lien avec un jeune qui habite à Sogefiha et c’est comme cela qu’un mois après, on organise cet événement qui est une Double coupe BIAMA, une compétition individuelle où les jeunes vont s’affronter un à un et une compétition en équipe dont six équipes de quatre, qui vont concourir et après la compétition l’idée c’est qu’il y ait un enjaillement général pour le quartier. »

Concernant les enjeux de l’événement l’organisateur s’est voulu rassurant.

« Il n’y a pas vraiment d’enjeu commercial, Dave Harper et moi sommes un peu des philanthropes, des mécènes, des artistes quelque part et nous finançons aujourd’hui cet événement pour confirmer ce qu’on voit chez ces jeunes, le talent. On se rend compte aujourd’hui que ces jeunes ont un vrai talent et qu’il y a peut-être un moyen de les canaliser.» A-t-il souligné et de poursuivre ; « On fait cet événement pour une première et on verra si on peut continuer pour la suite, l’idée c’est de créer un lien et puis avoir toujours dedans du social pour les jeunes qui sont l’avenir de note pays. Et je crois que c’est une chose dans laquelle nous les entreprises du secteur minier et même les entreprises des autres secteurs devons investir, parce que c’est notre avenir à tous. »

Pour le danseur N’Guessan Chris Edu Yédidia, 18 ans, qui se fait aussi appelé Moussako Biama et deuxième du concours en individuel, voir un jour un concours de BIAMA se réaliser était un rêve et voir ce rêve se réaliser dans le quartier qui l’a vu naitre, est une grande fierté.

« Lorsque j’ai appris qu’un concours devrait se dérouler dans notre quartier j’étais ému et à la fois sceptique, parce que ici il y a toujours des adultes pour nous empêcher de vivre votre passion. Cet événement permettra à nos parents de nous regarder autrement et d’être fiers de nous. » A-t-il indiqué et d’ajouter ; « Je voudrais dire aux autres jeunes que lorsque tu as une passion, il faut se battre pour elle, nous nous sommes battus pour notre passion et aujourd’hui cela a payé et je voudrais leur dire surtout de continuer à aller à l’école tout en se battant pour sa passion. »

Pour rappel le Breakdance qui avait été créé à New-York dans les années 70, fera son entrée aux Jeux Olympiques de Paris 2024. Nul doute que le BIAMA qui entame son ascension aujourd’hui et qui sera porté par plusieurs mécènes ou même par les autorités gouvernementales, pourra être un jour connu à l’échelle international et pourra pourquoi pas, faire aussi son entrée aux Jeux olympiques dans 10, 20 ou peut-être 30 ans.

Véritables références dans le secteur des mines, les entreprises X&M Suppliers spécialisée en fournitures industrielles et sécurité, et GEODRILL spécialisée dans le forage, œuvrent aussi dans le social, en témoignent les nombreuses actions qu’elles ont à leur actif. Le sponsoring  qui a permis à un millier d’enfants amateurs de rugby, répartis sur le territoire national de participer à un tournoi qui s’est tenu à Abidjan. Aussi en collaboration  avec une dizaine d’autres entreprises, les deux entreprises ont participé au financement à hauteur de 50 millions FCFA, une académie de Taekwondo qui s’occupe de jeunes handicapés issus de milieu défavorisé où certains parmi eux ont pu participer et remporter plus de vingt médailles à l’international, pour ne citer que cela. (jean.aka))

 

 

 

lereperedabidjan
`