Vendredi 24 Mai 2019 -

Infos Flash

  • Pour vos reportages contacter le +225 08708435

Actualité Société

Ouverture à Abidjan de la 3è édition du Salon international du secrétariat

La 3è édition du Salon international du secrétariat dénommée Salon international Innov’ Assistant (SIIA 2019) s’est ouverte jeudi à Abidjan, en présence de plusieurs délégations de secrétaires venues d’Afrique et de la France.

Cette cérémonie est couplée avec le 40è anniversaire de la Ligue  ivoirienne des secrétaires (LIS) et se déroule du 2 au 4 mai 2019, au  Palais de la culture de Treichville, dans le Sud d’Abidjan, autour du  thème : « De l’assistanat collaboratif à l’assistanat managérial ». 

Catherine  Assalé, la présidente de la Ligue ivoirienne des secrétaires, a fait  savoir que cette thématique vise à amener les secrétaires et les  assistantes de direction, qui sont «le miroir » et « la porte d’entrée  de l’entreprise », à être des managers, capables de tenir la société en  l’absence du patron.  

Le salon a été ouvert  par le ministre ivoirien des Sports, Paulin Danho, co-président du SIIA  2019, en présence des pays membres de la Fédération africaine des  professionnelles du secrétariat et de l’assistanat de direction  (FAPROSAD) et des membres fondateurs de la Fédération française des  métiers d’assistant et de secrétariat. 

La Côte  d'Ivoire, insinuera-t-il, «croit profondément au genre » et à travers  son président Alassane Ouattara, fait de « la promotion du genre un des  socles de la marche du pays vers l’émergence ». Et ce, en vue de  l’utilisation du pouvoir féminin pour construire une nation de paix. 

M.  Danho s’est dit « heureux » de ce que ces secrétaires aient choisi  comme thème de marcher résolument vers l’émergence par les valeurs  qu'elles incarnent en tant qu'assistantes pour améliorer la qualité des  services dans les administrations et le entreprises.     

La  présidente de la FAPROSAD, la Camerounaise Françoise N’Zengue, a à  l’attention des secrétaires, fait observer que l’évolution du monde  impacte le métier, par conséquent elles devraient s’adapter aux  changements en étant de bons gestionnaires du secrétariat pour mieux  accompagner les managers. 

Les secrétaires et  assistantes de direction sont, en Afrique, confrontées à des défis, a  poursuivi Mme Françoise Joséphine N’Zengue, avant d’ajouter que « c’est à  l’assistant d’assurer la cohésion au sein de l’équipe » via de solides  connaissances et l’amélioration des capacités professionnelles.  

«Quarante  ans (40) dans la vie d’une institution, c’est beaucoup (…) pour un  mariage, ce sont les noces d’émeraude, mais pour le jubilé, c’est le  jubilé de l’émeraude, c’est le jubilé de la sagesse, de  l’approfondissement », a relevé M. Danho, les appelant à l’élargissement  de leurs sillons.  

Créée pour impulser une  prise de conscience sur le rôle et la place de la secrétaire dans la  société, la Ligue ivoirienne des secrétaires est l’association  corporatiste qui a suscité la mise en place d’autres organisations  similaires en Afrique, au Sud du Sahara. 

Portée  sur les fonds baptismaux en 1979 par Alexise Gogoua, une membre du  secrétariat de feu Félix Houphouët-Boigny, le premier président  ivoirien, la Ligue ivoirienne des secrétaires compte aujourd'hui « plus  de 16.000 membres répartis sur le territoire ivoirien ». 

Mme  Alexise Gogoua, qui a dirigé l’organisation de 1979 à 2007, est  aujourd'hui présidente d’honneur de l’association. Ses paires lui ont  rendu un vibrant hommage à l’occasion de la commémoration des 40 ans de  la Ligue ivoirienne des secrétaires.  

La  Fédération africaine des secrétaires qui s’est donnée comme créneau la  formation, envisage de créer une Université des sciences secretariales,  selon la principale recommandation du Colloque international sur  l’avenir du secrétariat tenu à Abidjan du 18 au 24 avril 2005. 

Sur  le plan africain, la fédération, à en croire Mme N’Zengue, a « réussi à  harmoniser les enseignements que vous soyez au Cameroun ou en Côte  d'Ivoire » permettant ainsi aux secrétaires et assistantes de direction  d’avoir le « même cursus » et de « travailler avec le même diplôme ». 

Plusieurs  femmes leaders ont été associées à cette cérémonie, notamment la  deuxième vice-présidente du Parlement de la CEDEAO Aminata Tounkara,  marraine, et Diarrassouba Maférima directrice de la Société des Palaces de Cocody,  co-marraine, et de Henriette Diabaté, la Grande chancelière de Côte  d'Ivoire dont l’événement a été placé sous son Haut patronage. 

Treize  pays ont été invités, dont le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le  Cap-Vert, le Gabon, la Guinée Conakry, le Sénégal, le Togo, le Mali, le  Tchad, le Congo et la France. La célébration est assortie de trois  journées de formation aux fins de relever les compétences des  professionnels de ce secteur. 

A

`