Mercredi 05 Août 2020 -

Infos Flash

  • Pour vos reportages contacter le +225 08708435

Actualité Economie

COTE D’IVOIRE-Le Ministre Siandou Fofana a rencontré, à l'Heden Golf Hôtel les acteurs du secteur du tourisme et des loisirs pour évoquer ensemble les axes de la relance des activités post COVID-19.

lereperedabidjan

La rencontre avec les acteurs du secteur du tourisme et des loisirs a permis d'assurer de l’entière détermination de notre département ministériel, à accompagner dans les procédures en vue de permettre aux acteurs de bénéficier des mesures offertes par le Gouvernement.

Ce 14 mai 2020, le Conseil National Sécurité vient d’assouplir les mesures de restriction en autorisant la réouverture de tous les maquis et restaurants à l’exception des bars, des boîtes de nuit, des cinémas et des lieux de spectacle et la levée du couvre-feu. C’est le lieu de témoigner notre solidarité à ces activités qui restent toujours fermés en trouvant des mécanismes nouveaux pour leur apporter un appui ; bien des réflexions devraient permettre l’appui à ces activités afin de ne pas déposer la clé sous le paillasson.
Certains opérateurs souhaitent l’annulation pure et simple de la Taxe de Développement Touristique (TDT), directement payée par le client pour contribuer au développement du secteur.
A ce sujet, nous rappelons à votre attention que la TDT est collectée par les établissements de tourisme et de loisirs sur la facture de chaque client. Ceux-ci ne la payent que lorsqu’ils consomment les produits proposés par les établissements. Cela sous-entend que si l’établissement est fermé et qu’il n’y a pas de clients, alors il n’y aucun reversement de la TDT. Cela ne devrait souffrir d’aucune ambiguïté.
Il convient, toutefois, de rappeler que la TDT est un outil mis en place par l’Etat de Côte d’Ivoire pour soutenir les opérateurs dans la réussite de leurs activités.
La TDT demeure, à ce jour, la seule ressource dédiée aux activités de tourisme.
Bien plus que de vous inviter à prendre vos dispositions pour bénéficier des différents fonds mis en place par l’Etat, la réunion du 18 mai se veut être le point de départ d’une coopération que nous souhaitons efficace et fructueuse, qui unit les acteurs des secteurs public, semi-public et privé, en vue de la reformulation et de la remise en place de mécanismes innovants pour la relance de notre industrie touristique et de loisirs. Oui, la COVID-19 nous a fortement ébranlés et ses effets nous invitent à penser autrement l’avenir de notre industrie du tourisme et des loisirs car nous assistons à un dérèglement total de l’économie mondiale, avec pour corollaire des changements profonds du mode de vie et de consommation.
En effet, au-delà des inquiétudes légitimes que, vous manifestez au sujet de l’avenir et du développement de notre secteur, je voudrais vous rassurer que votre volonté à la définition d’une nouvelle économie touristique, hôtelière et de loisirs, volonté maintes fois manifestée à travers vos propositions pertinentes, permet à ce jour de vous décliner le plan de relance de notre secteur.
Convaincu de votre étroite collaboration avec nos structures que sont le CNT, la SPDC, Côte d’Ivoire Tourisme, SodertourLacs, le FDT et le Guichet unique aideront et faciliteront la mise en œuvre de ce plan ici dévoilé.
Mais avant, permettez-nous de vous remercier pour votre élan patriotique et votre bonne compréhension à asseoir un cadre de coopération visant la relance des activités du secteur qui permettra d’en faire un atout plutôt qu’une menace car cette pandémie a démontré que l’Afrique n’est pas si vulnérable et encore moins la Côte d’Ivoire, notre pays.

Pour la mise en œuvre de ce plan, il va s'agir de définir les axes et les actions prioritaires à prendre en compte en vue de la définition d'une enveloppe globale. Et le financement de ce plan de relance du secteur touristique dans notre pays qui avait atteint 7,3% de PIB et tablait sur 8% de PIB par rapport à nos prévisions pour l'année 2020 au regard de son importance.

Sublime Côte d'Ivoire, notre stratégie nationale de développement touristique à l'horizon 2025 demeure en vigueur mais devra désormais :

- Prioriser et développer le tourisme domestique et le tourisme régional faisant d'Abidjan, le hub du tourisme d'affaires et une base de divertissement et de loisirs pour la région Afrique de l’ouest en particulier ;

- Inciter les entreprises à manifester leur intérêt dans la prise d'option aux initiatives locales pour investir en vue de l'émergence des Champions nationaux;

- Saisir l’opportunité de la CAN 2023 et proposer des activités thématiques en lien avec cet évènement majeur et en faire un produit d'appel pour repositionner notre pays au plan international

- Inciter les nationaux à s’accaparer la plupart des projets tels que Belle plage pour tous, Villa ivoire et les relais paillottes;

- Susciter la création d’une marque ivoirienne dénommée KAMA par des Champions nationaux majoritairement détenteurs des actions de la dite marque ;

- Conditionner les circuits touristiques tels que la Route des Rois, la Route des Eléphants, la Route de l’Esclave et les rendre accessibles au plus grand nombre par une politique d’infrastructures, de formation et de promotion;

- Exploiter le tourisme comme facteur de préservation de l’environnement en promouvant le tourisme de nature et l’écotourisme en vue de contribuer significativement au commerce équitable en faveur des populations ;

- Professionnaliser les faîtières pour une meilleure qualité de service ;

- Susciter une politique de prix pour une meilleure consommation des produits touristiques;

- Développer en rapport avec les banques, l’épargne vacances et d’autres initiatives pour la pratique du tourisme et le financement des colonies de vacances des jeunes en Côte d’Ivoire;

- Promouvoir la destination au profit d’un tourisme africain dans les pays à fort potentiel émetteur de trafic

- Construire des boutiques souvenirs touristiques pour la commercialisation des objets d'art, de l’artisanat et des produits made in côte d’Ivoire;

- Appuyer les initiatives innovantes des opérateurs et clients par Côte d’Ivoire Tourisme ;

- Susciter l’esprit d’innovation par l’accompagnement et le financement des startup ;

- Créer des villages touristiques sur la base des modèles authentique ivoirien avec un pan de modernité.
Au niveau économique, la rédaction de ce plan et l'estimation des besoins financiers seront étudiées par un cabinet international qui engagera des pourparlers avec tous les acteurs afin de faire de notre secteur, une priorité et doper par la même occasion, sa croissance.
Il s’agira également de la mise en place d'un fonds au bénéfice de notre secteur d’activité avec des mécanismes soutenus par bien d'autres acteurs. En effet, les pertes dues à la COVID -19 sont estimées à 240 milliards F CFA. Il est donc question de mettre en place des mécanismes impliquant la plupart des entreprises du secteur en mettant des outils de rattrapage en place pour faire face à de futures crises qui nous impacteraient.

Il sera également question d’un fonds d'investissement qui sera géré par les professionnels et l'ensemble des faitières uniquement en accord avec les banques sur la base d'un prélèvement institué en vue de constituer des réserves pour faire face au besoin de financement en cas de situation de crise ou de difficulté avérée d’exploitation.

La mise en place d'un comité d’évaluation et de suivi des différentes politiques, des plans ainsi que de la gestion des différents fonds.

Mais c'est surtout la définition d'une nouvelle politique de normalisation et de qualité axée sur les éléments d’hygiène sanitaire et de santé publique pilotée par Codinorm et le Bureau Veritas pour définir des nouvelles normes permettant de rassurer les clients nationaux et internationaux.

C’est seulement sur cette base que la Côte d'Ivoire pourra maintenir sa place dans le top ten des pays africains à vocation touristique

Le Ministre Siandou Fofana propose de retrouver les acteurs en séances de travail sur trois éléments thématiques :
- Employabilité et politique de formation aux différents métiers du secteur ;
- Elaboration d’un cadre juridique, réglementaire, institutionnel et fiscal ;
- Mesures bancaires et outil financier d’accompagnement.

Au terme des travaux, un document sera présenté en conseil des Ministres en vue de la prise en compte de vos préoccupations.

S.C

lereperedabidjan
`